Les actifs français ont-ils une bonne connaissance du marché du travail actuel ? Sont-ils au fait des tendances de recrutement et des métiers les plus porteurs, à court et moyen terme ? Et de fait, seraient-ils à même de conseiller leur entourage pour une orientation professionnelle réussie ou une reconversion bien avisée ? Eléments de réponses.

Les métiers techniques et les services à la personne en tête

Les actifs occupés interrogés dans le cadre de notre étude Page Personnel-Michael Page/IFOP sur « Les grandes tendances du marché du travail »* s’étaient montrés clairvoyants à propos des formations les plus adaptées au marché de l’emploi actuel, dégageant les formations courtes et formations techniques (BEP/CAP, bac pro, BTS, DUT, école d’ingénieur, …) en tête. Invités à s’exprimer sur les métiers les plus demandés par les employeurs cette année, ils ont parallèlement distingué le Top 5 suivant :
En ressortent des métiers qui font appel à des compétences diverses ; compétences techniques d’une part avec les métiers de l’informatique, plébiscités par 72% des actifs comme « beaucoup demandés par les employeurs » et à un degré moindre, les métiers de l’ingénierie et les métiers techniques industriels (59%) et les métiers du transport et de la logistique (59%).
Sur les profils d’employés qualifiés, agents de maîtrise et cadres, nous observons effectivement depuis plusieurs années déjà de réelles tensions, la demande des entreprises sur des profils techniques, agiles et apprenants dépassant l’offre de candidats disponibles sur de nombreux postes. Les développeurs informatique, chefs de projet MOE/MOA, analystes en cyber sécurité, techniciens de maintenance, ingénieurs robotique, conducteurs de travaux, agents de transit et déclarants douanes et Supply Chain Managers, sont par exemple particulièrement demandés.
La forte représentation des métiers des services à la personne, cités par 72% des personnes interrogées, renvoie d’autre part à des compétences dites « de proximité ». Les aides à domicile, aides ménagères, aides-soignants restent dans les faits dans les Top 10 des Besoins de Main d’œuvre répertoriés par Pôle Emploi depuis plusieurs années déjà, tant sur le plan des métiers les plus recherchés que sur celui des métiers où étaient anticipées de grandes difficultés de recrutement.
A horizon de 5 ans, les activités de services à la personne sont considérées comme ayant le plus fort potentiel (citées en premier par 29% des interviewés), loin devant les métiers de l’informatique (cités par 21% alors qu’ils ressortaient à égalité dans les métiers les plus demandés actuellement). Ce pronostic d’une montée en puissance des métiers des services à la personne peut s’expliquer par l’anticipation de besoins importants liés au vieillissement de la population mais aussi par l’attractivité des métiers de proximité et à forte dimension relationnelle, qui traduisent souvent la quête de sens de plus en plus recherchée par les actifs.
Pour compléter le Top 5 des métiers les plus demandés en 2020 selon les actifs français, les métiers du numérique, tels que ceux du marketing digital et métiers du web (65%). Les Digital Content Manager, CRM Manager, UX Designer ou UI/ webdesigner et autres Traffic Manager et Data Analysts restent très prisés des entreprises, et la demande, portée par le développement des technologies mobiles et l’essor du e-commerce devrait continuer de croître au cours des prochaines années.

Une perception faussée sur les métiers des RH ou de la Finance, qui restent porteurs

Plus en retrait, figurent les métiers :
  • de la communication et des relations publiques (49%)
  • des ressources humaines (39%)
  • de l’éducation (33%)
  • du secrétariat (24%)
Les métiers de la finance et de la comptabilité, qui ne connaissent pas la crise, ne sont étrangement pas perçus comme des métiers porteurs, trop identifiés peut-être comme des métiers plus classiques et normés, en comparaison avec des métiers émergents et liés aux nouvelles technologies ou plus clairement impactés par la transformation numérique.
Pourtant, les professionnels de la comptabilité, du contrôle de gestion et même des RH avec les gestionnaires de paie ou les chargés de recrutement, restent des profils en forte demande côté employeurs, car essentiels au bon fonctionnement de l’entreprise. La guerre des talents commençant à émerger sur ces profils, les candidats ont récemment vu leur salaire progresser.
>> Pour tout savoir des tendances de salaires, téléchargez notre étude de rémunérations.

Une meilleure connaissance du marché du travail favoriserait encore l’insertion professionnelle

Comprendre les problématiques du marché de l’emploi, c’est pouvoir anticiper les principales tendances de recrutement et les besoins de main d’oeuvre, qu’ils soient constants ou émergents. C’est donc être mieux à même de conseiller et d’accompagner ses enfants ou les jeunes de son entourage dans leurs choix d’orientation professionnelle.
Néanmoins, les actifs occupés soulignent aujourd’hui clairement le manque de qualité des conseils d’orientation professionnelle reçus, qui apparait comme un frein à l’insertion professionnelle dans certains cas. Ainsi, 56% des actifs occupés interrogés dans le cadre de notre étude ont indiqué porter un jugement négatif sur les conseils d’orientation professionnelle reçus avant leur entrée sur le marché du travail. Ils restent même 40% à ne pas se sentir capables aujourd’hui d’orienter un jeune adulte dans son parcours professionnel et se montrent favorables à une plus grande immersion dans la vie professionnelle avant la fin du lycée, à une revalorisation des métiers techniques et à plus de passerelles entre les centres de formation et les entreprises notamment. Des pistes de réflexion aussi intéressantes qu’essentielles pour un marché de l’emploi plus fluide et porteur d’opportunités pour tous.

*Enquête menée avec l’IFOP auprès d’un échantillon de 1824 actifs occupés, dont 1004 cadres en février 2020.

Si vous êtes en recherche d’emploi, visitez la section candidats.

Vous cherchez à recruter ? Contactez-nous

Articles les plus lus