Dans le cadre d’un recrutement, les candidats peuvent être amenés à rencontrer deux types de tests : les tests de personnalité et les tests de raisonnement. Les employeurs cherchent par ce biais soit à affiner la sélection des candidats en amont du processus, soit à valider le choix d’un candidat en s’assurant qu’il possède bien les compétences comportementales requises pour le poste. Objectif : voir aboutir le processus de recrutement (définition du salaire et signature du contrat). Ce qu’il faut garder à l’esprit, c’est qu’aucun profil n'est « mauvais », il est simplement plus ou moins adapté à la fonction concernée.

Ceux qui n’ont jamais été confrontés à ces tests ont tendance à s’inquiéter et, par conséquent, à vouloir s’y préparer comme on prépare un entretien annuel avec son supérieur hiérarchique. La bonne nouvelle est qu’il n’est en réalité pas nécessaire de s’y préparer…

Tests de personnalité : soyez vous-même

Les tests de personnalité sont conçus pour refléter ce que vous êtes. On ne se prépare pas à être ce qu’on est… Le seul conseil que nous pouvons vous donner est d’y répondre avec le plus de détachement et de spontanéité possible, sans essayer de décrypter la logique sous-jacente des tests. Ces tests comportent au minimum une centaine de questions. Ces questions sont décorrélées les unes des autres. Ne cherchez pas la cohérence dans toute cette batterie de questions, la forme globale du test de personnalité vous échappera. Répondez simplement à une question après l’autre, en donnant la première réponse qui vous vient à l’esprit et sans essayer de faire un lien entre vos réponses. Dans ces tests, c’est l’interprétation par un professionnel de l’évaluation et l’entretien de débriefing avec le candidat qui ont du sens, tant pour l’entreprise qui recrute que pour le candidat. Un test de personnalité sans débriefing n’a pas de réel intérêt. 

Lors de votre entretien d’embauche, restez fidèle au contenu de votre CV et de votre lettre de motivation. Les critères d’évaluation des différents types de psychologies et de personnalité des candidats continuent de manière inaltérable à se fonder sur l’honnêteté.

Tests de raisonnement : apprivoisez-les

Ces tests peuvent être déconcertants pour ceux qui n’en ont jamais passé. Il peut donc être rassurant de savoir à quoi ils ressemblent, quels types d’exercices ils comportent. Ceux-ci ne sont pas infinis (matrices progressives, dominos, cartes, suites logiques…). En vous familiarisant avec ces exercices, vous vous sentirez plus en confiance et vous gagnerez en rapidité, ce qui n’est pas à négliger puisque pratiquement tous les tests se font en temps limité. 

Sur le fond cependant, cela ne changera rien à votre « performance ». Ces tests faisant appel à vos capacités de raisonnement, à votre logique de pensée, ce n’est pas en suivant un entraînement intensif que vous allez devenir « très bon » si vous étiez « très mauvais » au début – appréciations qui n’ont d’ailleurs pas lieu d’être puisque l’objectif n’est pas de vous « noter », comme quand vous étiez à l’école. 

Le professionnel qui va analyser votre test va autant s’attacher aux réponses qu’à la manière dont vous avez procédé tout au long du test. Par exemple certains candidats préfèrent passer du temps sur les questions et ne pas aller au bout du test ; d’autres passent très vite sur les questions qu’ils ne comprennent pas sur-le-champ. Ce comportement est tout aussi révélateur d’un mode de pensée et de fonctionnement que les réponses données aux différentes questions. Il importe donc de bien comprendre que la finalité d’un test de logique est l’évaluation de vos compétences comportementales (soft skills) par l’employeur. Il s’agit donc indirectement d’un test d’aptitude où les compétences sont évaluées par le recruteur à travers une mise en situation.

Ce n’est pas votre « intelligence » qu’on teste

Si les exercices proposés sont de même nature, les tests de raisonnement ne sont pas des tests de quotient intellectuel, ou test d’intelligence (QI). Ils ne servent pas à mesurer « l’intelligence » (si tant est que cela soit possible…) mais une efficience intellectuelle par rapport à un matériel donné. Dans le cadre d’un recrutement, on va vous demander de traiter des chiffres, des mots, de la logique abstraite… Et ce qu’on regarde, c’est votre efficience, c’est la manière dont vous abordez les problématiques qui vous sont soumises. Là encore, il n’y a pas de « bons » et de « mauvais ». Il y a simplement des personnes dont les aptitudes intellectuelles et la personnalité sont plus ou moins en phase avec les exigences du poste à pourvoir. 

Les éditeurs de ces tests de personnalité et de logique veulent mettre dans les mains des entreprises des outils de recrutement. Plutôt que de se fier uniquement à la présentation orale des candidats et à l’expérience dont ceux-ci justifient, ces tests renseignent sur la manière de raisonner et sur la personnalité du futur salarié. Ils donnent beaucoup d’indices sur le candidat, indépendamment de la validité des réponses. L’objectif pour les entreprises est de s’assurer que le candidat pourra remplir correctement ses missions, et qu’il aura la capacité de se conformer aux codes de la société qui va l’embaucher.

Vous passez en entretien ?

Consultez également nos conseils pour bien négocier votre salaire à l'embauche.

Vous êtes à la recherche d'une nouvelle opportunité professionnelle ?

Nos consultants spécialisés vous conseillent et vous accompagnent dans votre recherche d'emploi.

Articles les plus lus