Le saviez-vous ? 80% des handicaps sont invisibles comme par exemple une déficience visuelle ou auditive, un trouble mental, une maladie chronique... Et parce que ces handicaps ne se voient pas, il peut parfois être difficile de les faire valoir auprès de ses collègues comme de son manager. Pourtant, il est essentiel d’en parler notamment pour mieux faire comprendre les difficultés auxquelles vous pouvez être confronté dans l’exercice de votre travail.

Renseignez-vous sur la politique handicap de votre entreprise

Connaissez-vous la politique handicap de votre entreprise ? Le premier réflexe est de vous renseigner afin d’en savoir plus sur les actions menées par votre employeur en faveur du handicap. Pour cela, le meilleur moyen reste le site internet de votre entreprise où ses engagements en matière de handicap y figureront très certainement.

Il vous faut également identifier les bons interlocuteurs. Sachez que les entreprises de 250 salariés et plus doivent désigner un référent handicap chargé d'orienter, d'informer et d'accompagner les personnes en situation de handicap. En l’absence d’un tel interlocuteur, vous pouvez vous rapprocher de votre service ressources humaines.

>> Lire aussi : Travailleurs Handicapés : quelle réalité en entreprise ?

Mettez en avant vos compétences comme vos besoins

Avant toute chose, n’oubliez pas le principal : seules les compétences comptent ! Votre handicap ne doit pas être un obstacle à votre réussite professionnelle et pour ce faire vous devez être ouvert et prêt à en parler. Si vous connaissez votre pathologie par cœur, ce ne sera pas forcément le cas de vos collègues. Sans nécessairement tout dévoiler, n’hésitez-pas à leur exposer vos limites et besoins de compensations.

Si un aménagement de poste est nécessaire, votre employeur est tenu par la loi Handicap du 11 février 2005 de mettre en œuvre tous les moyens techniques, humains ou organisationnels afin d’adapter le poste de travail à votre handicap. Pour cela, adressez-vous en priorité au service des ressources humaines ou à votre référent handicap qui pourront vous permettre de bénéficier d’aménagements de poste.

Il est également important d’en parler à votre manager. C’est lui qui vous attribue vos tâches et vous évalue. Il serait dommage qu’il confonde handicap et mauvaise volonté par manque d’informations. Ici encore, l’objectif n’est pas d’aborder la pathologie mais bel et bien de mettre en avant vos éventuels besoins d’adaptation de poste. Communiquez pour mieux laisser vos compétences s’exprimer !

>> Lire aussi : Comment valoriser ses compétences en entreprise ?

Ne soyez pas avare en rappels, tout en gardant l’esprit ouvert

Vous vivez votre handicap au quotidien, ce qui n’est pas forcément le cas de vos collaborateurs. Si ceux-ci sont désormais au courant, certaines situations pourraient encore leur échappe :

  • Le matériel qui vous est confié est trop lourd ?
  • Vous avez besoin de vous isoler quelques instants par nécessité ?
  • Vos collègues vous parlent sans tourner la tête dans votre direction et vous n'arrivez pas à les comprendre ?...

N’hésitez-pas à le dire sur une tonalité informelle. L’objectif n’est pas de les faire culpabiliser mais de les sensibiliser. L’humour peut d’ailleurs être un excellent vecteur pour se sortir d’une situation inconfortable pour vous comme pour vos collègues.

>> Lire aussi : CV, entretien : comment mentionner une RQTH ?

Informez-vous sur les aménagements et aides

De nombreuses innovations technologiques apparaissent chaque jour pour tout type de handicap. Ces compensations sont selon les cas plus ou moins adaptées à votre pathologie mais  il serait dommage que vous ne bénéficiez pas de la plus optimale. Pour cela, il est important de vous informer au maximum sur ce qui se fait en termes de compensations et d’aménagements au travail. N’hésitez-pas à consulter le site de l’Agefiph.

Vous avez trouvé l’aménagement qu’il vous faut ? Soyez proactif, parlez-en à votre service Ressources Humaines ou à votre référent handicap. Si besoin, votre entreprise pourra bénéficier d’aides pour le financer en partie ou en totalité. Parfois, votre aménagement ne requiert pas de ressources financières mais simplement une certaine flexibilité de votre cadre de travail (télétravail, horaires décalés, disposition du bureau, etc.).

En résumé, si parler de son handicap invisible peut s’avérer difficile, la communication reste la clé de votre confort au travail. Vous avez tout à y gagner et votre entreprise aussi.  D’un côté, vous vous sentirez mieux compris et installé, de l’autre votre productivité augmentera car vos compétences pourront s’exprimer pleinement !

>> Lire aussi : Les obligations légales des entreprises et les aides pour les travailleurs handicapés.

Articles les plus lus