Loin d’être un phénomène de mode, le syndrome d’épuisement professionnel, autrement appelé “burn-out”, est une réalité qui peut toucher tout le monde. Le burn-out peut se produire à des moments divers de la vie professionnelle, y compris lors de périodes particulières comme la rentrée, la fin d’un congé maternité/paternité ou bien encore le retour des vacances. Mais le burn-out n’est pas une fatalité et des solutions existent pour le prévenir ! 

1. Apprenez à repérer les premiers signes du burn-out 

Une des caractéristiques du syndrome d’épuisement professionnel est qu’il survient sans qu’on ne l’ait vraiment vu arriver. Plongé dans le tumulte du quotidien, vous êtes passé à côté des signaux d’alerte, et un beau matin, vous n’arrivez tout simplement plus à vous lever... Votre corps vous a dit STOP ! Pour éviter d’en arriver là, il convient de détecter les signes avant-coureurs, tant physiques que psychiques, tels que :

Pour mieux vous écouter, prenez quelques minutes chaque jour pour noter vos ressentis corporels et émotionnels de la journée. Cela vous permettra une meilleure prise de conscience de votre niveau de bien-être quotidien, et d’agir en conséquence si des signaux négatifs se répètent trop souvent. 

>> Lire aussi : Quelles sont les causes du burn-out ? 

2.  N’ayez pas peur de parler de votre santé mentale et de demander de l’aide

Honte de ne pas être capable d’affronter la charge de travail, culpabilité de ne pas être à la hauteur, de « lâcher » ses collègues, … Près de la moitié des salariés ne se sentent pas à l’aise pour parler de leur santé mentale avec leur manager, les RH, ou leurs collègues*. Un vrai problème quand on sait que l’isolement conduit à l’épuisement émotionnel. Sachez qu’aujourd’hui nombre d’entreprises sont sensibilisées au sujet du bien-être psychologique de leurs collaborateurs, et cela, d’autant plus depuis la crise du covid-19. 

Si toutefois, parler de votre santé mentale au travail, que ce soit avec vos collègues ou votre hiérarchie, vous semble inenvisageable, n’hésitez pas à solliciter votre entourage personnel ou l’aide d’un professionnel de santé. L’important étant que vous vous sentiez en confiance. N’ayons pas peur de le répéter : nous traversons tous un jour ou l’autre des épreuves qui nécessitent le soutien d’autrui pour s’en sortir, alors n’ayez plus honte de solliciter de l’aide. C’est une preuve d’intelligence et de force, et non de faiblesse, que de savoir demander de l’aide. 

>> Lire aussi : La santé mentale, au cœur des nouvelles priorités des DRH. 

3. Mettez en place des actions préventives contre le burn-out 

Mauvaises relations de travail, fortes exigences de votre métier ou de la hiérarchie (intensité et/ou durée du travail), ... Certaines situations de travail sont propices à l’épuisement professionnel. Voici 5 mesures pour contribuer à prévenir le burn-out, selon votre état d’esprit : 

  1. Vous vous sentez surchargé de travail ? Faites une liste des tâches à accomplir par ordre de priorité en regardant celles vous pouvez déléguer, replanifier et celles que vous devez accomplir. De même, apprenez à dire « non » lorsque cela est préférable.
  2. Vous avez l’impression de pas atteindre les objectifs fixés ? La frustration et le sentiment d’échec sont des déclencheurs du burn-out. N’hésitez pas à solliciter votre manager pour trouver ensemble des solutions (réajustement des objectifs et/ou de la charge de travail, formation, etc.). Et peut-être ne s’agit-il que d’un sentiment infondé, alors rassurez-vous !
  3. Vous êtes souvent stressé au travail ? Essayez d’identifier quand vos épisodes de stress surviennent (avant une réunion en particulier, lors de certaines tâches, etc.) et d’en déterminer l’origine (situation personnelle, insécurité dans le travail, environnement professionnel, …). Cela vous permettra de mieux les prévenir et d’y apporter des solutions en agissant sur les déclencheurs.
  4. Vous êtes toujours à 100 à l’heure ? Apprenez à faire des pauses ! Contrairement aux idées reçues, déjeuner devant son écran ou bien encore rester tard au bureau est, en plus de mener à l’épuisement psychique, complétement contre-productif. Levez les yeux de votre écran et prenez du temps pour passer des moments conviviaux avec vos collègues ou pour vous changer les idées. Le mot d’ordre : respirer !
  5. Vous avez l’impression de ne plus avoir de vie personnelle ? Ne devenez pas esclave de votre travail. Évitez de consulter vos mails hors de votre temps de travail ou de travailler le week-end. Un bon équilibre entre la vie professionnelle et la vie personnelle est le meilleur remède au burn-out ! Alors n’oubliez pas de déconnecter et de prendre du temps pour vous. 

>> Lire aussi : Comment se sentir bien dans son job ?

*Enquête PageGroup « Les Français et l’emploi » menée entre mars et juillet 2021 sur 324 répondants.

Join over 80,000 readers!
Receive free advice to help give you a competitive edge in your career.