Aujourd’hui peut-être plus que jamais, un candidat doit être prêt à mettre de l’eau dans son vin, consentir peut-être à plus de sacrifices pour (re)trouver le chemin de l’emploi. Avec des chiffres du chômage chaque mois moins encourageants, des « records » qui n’en finissent plus de tomber, il faut aujourd’hui redoubler d’efforts, d’inventivité parfois, pour décrocher un entretien et espérer trouver un emploi. Si trop souvent, les places semblent chères, les opportunités existent pourtant et il faut savoir les saisir !

Quelques explications et conseils :

  • Cibler sa recherche d’emploi tout en étant présent sur tous les fronts (cabinets de recrutement, réseaux sociaux, job boards, réseaux personnels, candidatures spontanées adressées aux entreprises…),
  • Ne pas écarter les TPE et PME, réels moteurs de l’emploi,
  • Ne pas s’arrêter sur UNE seule offre mais mettre le plus de chances possible de son côté en postulant à de nombreuses offres pour contrecarrer la forte concurrence qui existe,
  • Être présent partout et ne jamais baisser les bras.

Car si les chiffres sont décourageants (taux de chômage, emploi des jeunes, récession), les perspectives existent. De nombreux secteurs restent porteurs (luxe, métiers du web, industrie de pointe…) et certaines fonctions ne connaissent pas la crise (Développeurs web et mobile, Gestionnaires de paie…), d’autant moins dans les PME. On oublie trop souvent que de nombreuses entreprises de taille moyenne recherchent aussi des talents. Des talents parfois difficiles à trouver par manque de visibilité ou de notoriété. Allez à leur rencontre !

Et sur le plan des salaires : où se situer ? Là aussi, on constate une perte de repères de la part des candidats. Même les entreprises parfois ne savent plus bien où donner de la tête. Les différents cabinets de conseil publient leurs études de rémunérations, à titre indicatif, les écoles publient les salaires de sortie auxquels peuvent prétendre leurs diplômés. Seulement dans la pratique, on est loin des règles immuables. Certains candidats se bradent littéralement, en oubliant que leurs compétences ont un prix, faussant par là-même le marché. Les entreprises ouvrent des postes, avant de les fermer pour raison économique ou d’en modifier le descriptif. D’un profil très spécifique (et plus cher) initialement recherché, on remarque parfois qu’une entreprise va « assouplir » sa demande, accepter des profils moins ciblés, parfois moins diplômés (et donc plus abordables financièrement) quitte à les former en interne.

Il n’y a plus à l’heure actuelle de réelle logique entre le besoin et la demande de l’entreprise. Le recrutement est sûrement moins rationnel et c’est en partie pour cela que le candidat se doit d’être plus proactif encore.

Vous êtes en recherche d'emploi ?

Découvrez toutes les offres disponibles sur notre site.

Postulez maintenant

Job Match

Gagnez du temps et accédez directement aux offres d'emploi qui vous correspondent !

Téléchargez votre CV

Articles les plus lus