Avec environ 1/3 de notre temps passé au bureau la semaine, les occasions de trouver l’âme sœur sont nombreuses ! Selon notre étude sur l’amour au travail*, un salarié sur quatre a même déjà envisagé d’avoir une relation amoureuse au travail. Mais ce fantasme se concrétise-t-il dans la réalité ? A l’heure où un Français sur quatre s’est déjà inscrit sur un site de rencontre en 2018**, on peut se demander si l’entreprise est encore un lieu de rencontre privilégié… 

Coup de foudre : plutôt sur Tinder, Once, Meetic, … ou à la machine à café ?

Dans notre étude sur les relations amoureuses au travail, 26 % des salariés indiquent avoir déjà envisagé une relation amoureuse au travail. Simple fantasme ? Pas vraiment puisque parmi eux, 62 % ont déjà franchi  le pas 38 % sont même actuellement en couple avec une personne rencontrée sur leur lieu de travail. A bien y réfléchir, rien d’étonnant puisque 65 % des salariés ont des contacts avec leurs collègues en dehors du travail, comme le révèle notre étude « Blurring » sur l’atténuation de la frontière entre vie pro et vie perso. 
Il s’avère également que le temps passé au travail joue pour beaucoup dans les choix de relations amoureuses. En effet, 32 % des répondants qui ne s’estiment pas satisfaits de leur équilibre vie professionnelle / vie privée seraient tentés par une histoire d’amour au boulot, contre seulement 24,5 % pour ceux qui en sont satisfaits. 
Outre le temps passé avec ses collègues et sur le lieu de travail, l’environnement professionnel est propice à ce type de rapprochements. En effet, si l’on nous répète qu’amour et travail ne font pas bon ménage, tout invite pourtant à mélanger vies privée et professionnelle : réunions tardives, séminaires, afterworks, incentives d’équipe, … Difficile parfois d’établir une frontière. Les occasions de se découvrir sont donc nombreuses. D’une discussion anodine à la machine à café, on en vient peu à peu à se dévoiler, à se trouver des intérêts communs. Des affinités se créent, souvent amicales, mais qui se muent parfois en des sentiments amoureux. Vous avez suivi les mêmes études, aimez les mêmes sports, adorez la musique, les voyages... et Hemingway ! Et en plus, en plus… vous passez la journée côte à côte, ou presque. Que d’avantages donc, en apparence, à se laisser aller à plus d’intimité…

Love stories en entreprise : tous égaux ? 

Cependant, face à l’amour, il semblerait que dans le monde de l’entreprise, nous ne soyons pas tous égaux. En effet, on constate que plus l’entreprise est grande, plus l’on a de chances de trouver la perle rare : 33 % des salariés de grands groupes (plus de 5 000 collaborateurs) ont déjà envisagé d’être en couple avec un ou une collègue contre 22 % pour des salariés de TPE (moins de 10 salariés). Ceci s’explique naturellement par le fait que plus l’entreprise est grande et plus on a le choix, mais aussi et surtout plus il est aisé d’être discret et de conserver cette relation cachée. Vous connaissez l’adage : « pour vivre heureux, vivons cachés ».
D’autre part, si les hommes (31 %) envisagent davantage que les femmes (21 %) de nouer une relation amoureuse avec un ou une collègue, ils sont moins nombreux à être passés à l’acte. En effet, parmi eux, seulement 58 % des hommes ont osé déclarer leur flamme à leur collègue contre 68 % des femmes ! 
L’étude démontre également que les 25-34 ans et les 35-44 ans sont les plus enclins à envisager de trouver l’âme sœur au travail : 28 % pour ces catégories vs 18 % pour les moins de 25 ans et 24 % pour les 45-59 ans. Et au moment de franchir le pas, les 35-44 ans semblent plus courageux (71 % vs 55 % des 25-34 ans).

L’amour au travail : une fausse bonne idée ? 

L’amour au travail est donc une réalité mais pas toujours évidente à gérer. Alors, avant de vous décider ayez en tête que si survient la rupture, vous devrez croiser votre ex tous les jours. Si toutefois, vous décidez de vous lancer dans l’exercice, soyez irréprochable, surtout si vous travaillez sur des projets communs ou si vous évoluez au sein de la même équipe afin qu’on ne puisse vous accuser un jour d’un manque d’objectivité quelconque ou de favoritisme. Votre relation ne doit pas venir influencer votre travail, votre organisation, votre productivité. Elle ne doit pas non plus venir perturber la vie du bureau ou de vos collègues. S’il y avait un code du travail amoureux, la première règle serait donc d’être discret : pas d’allusion, de mots d’amour, ni de marques d’affection.
Mis à part ces inconvénients, beaucoup voient comme une force le fait de travailler avec leur partenaire. Entre les trajets partagés le matin, les rencontres au détour d’un couloir, les pauses café à deux, moments privilégiés pour gérer l’intendance… De petits bonheurs tout de même non négligeables surtout quand on sait que les salariés sont de plus en plus désengagés. Et puis, qui peut mieux comprendre vos problèmes professionnels qu’une personne évoluant dans la même entreprise que vous et en qui vous avez toute confiance ? Finis les échanges stériles avec des amis qui ne comprennent toujours pas votre intitulé de poste 6 ans après votre entrée dans l’entreprise… Vous avez à qui parler, quelqu’un qui vous comprenne, vous accompagne.
Oui, mais… parle-t-on alors boulot 24h/24 et 7j/7 ? La deuxième règle serait donc d’établir une frontière entre le travail et la maison, car si le travail facilite les rencontres, il n’aide pas à faire durer l’amour… Soirées, week-ends : laisser le travail derrière soi semble alors l’option à privilégier, surtout si l’on veut éviter la saturation et les rapports dégradés. D’autant que le lundi, c’est à nouveau au bureau que l’on se retrouve…
En conclusion… Trouver l’amour au travail n’est pas si rare et encore moins dans les grandes entreprises. Alors, pour maximiser vos chances de rencontrer l’amour, vous pouvez certes vous inscrire sur un site de rencontres mais aussi fréquenter, à bon escient, la machine à café ! 
* Enquête en ligne menée par PageGroup entre octobre et novembre 2018 auprès de 1 097 personnes
** Observatoire 2018 IFOP de la rencontre en ligne en partenariat avec Lacse

Articles les plus lus