Depuis peu, la promotion des soft skills (compétences comportementales) dépasse les frontières du monde du recrutement. On annonce l’ajout d’un grand oral au programme du baccalauréat, et plusieurs chaînes de télévision consacrent dans la foulée reportages et documentaires à des cours d’art oratoire. A l’heure où l’on s’attache à recruter des personnalités et non plus des profils, la capacité à communiquer devient plus que jamais un booster professionnel.

Prendre la parole, c'est prendre sa place dans la société

Dès l’école, la capacité à exprimer un ressenti, à faire valoir ses idées ou opinions, mais aussi à écouter et entendre celles des autres, est un élément différenciant. Parce que prendre la parole, au sein d’un groupe, devant des amis, une classe ou un jury, c’est déjà se positionner socialement. On néglige encore trop souvent l’importance d’exprimer ouvertement ses pensées et sentiments, comme l’encourage la psychologie notamment. Pourtant, l’expression a tant un effet libérateur – garant d’un certain épanouissement personnel -, qu’un impact sur l’auditoire. Et si partager un peu de soi n’est pas une évidence pour tout le monde, apprendre à le faire c’est avant tout risquer de… prendre confiance en soi et d’aller de l’avant. L’expression orale est un marqueur social fort, et la capacité à transmettre les bons messages, de manière adaptée, en fonction de son ou ses interlocuteurs (intelligence émotionnelle), favorise sans nul doute l’intégration au sein d’un groupe. A l'école, en entretien d'embauche, dans sa vie professionnelle ou plus largement en société : l'éloquence est un vecteur important de développement personnel.

« Expression orale, capacité à argumenter, … » : ça fait vraiment la différence sur un CV ?

« Sur le CV, faire apparaître des compétences comportementales en lien avec le poste est toujours un plus. Si vous visez un poste de Commercial ou une fonction qui vous expose au public ou exige des compétences en négociation par exemple, le niveau d’expression orale ou la capacité à convaincre seront évidemment des éléments clés pour vous démarquer sur le poste. En revanche, de prime abord, ce n’est pas ce qui fera la différence sur le CV lorsque la compétence dite technique doit primer pour le poste à pourvoir. Pensez à un infirmier ou un ingénieur aéronautique, cette compétence sera un plus lors de l’entretien d’embauche, mais la sélection première se fera sur la compétence technique qui est le fondement du poste », indique Estelle Raoul, Directrice Executive et spécialiste des métiers Ressources Humaines chez Page Personnel.

Bien s’exprimer pour se démarquer en entretien d’embauche

Sur des postes où la compétence technique prime, la capacité à bien s’exprimer ou à bien communiquer reste de plus en plus valorisée en entretien. La raison ? Le monde du travail ayant fortement évolué depuis 20 ans et les interactions humaines liées à des projets transverses notamment sont de plus en plus fréquentes. Il faut, sur de nombreux postes, être à même de travailler en mode projet avec d’autres entités et avec différents types d’interlocuteurs. Dans ce cadre, à compétence technique égale, la compétence comportementale pourra faire la différence.

« Pour un candidat qui passe un entretien d’embauche, soigner l’expression orale est réellement essentiel. Une personne qui exprime clairement ses idées, qui parvient à rendre son parcours de manière structurée, qui prend le temps d’intégrer les informations qui lui sont communiquées pour ajuster au mieux son discours et qui fait preuve d’ouverture se démarquera forcément. Ce sont en effet ces qualités dites interpersonnelles (capacité à communiquer, relation aux autres, capacité à argumenter, à travailler en équipe, …) qui participent à la bonne marche de l’entreprise et que les clients, de fait, recherchent », ajoute Estelle Raoul.

Envie d'en savoir plus ? 

Découvrez comment mettre en valeur vos soft skills lors d'un entretien d'embauche. 

Articles les plus lus