Aborder la question du salaire en entretien d'embauche est une entreprise délicate qui demande une certaine préparation. En France, le sujet reste parfois tabou, et nombre de candidats ne savent pas comment négocier leur salaire pendant le processus de recrutement. Pourtant, il est important de soulever la question de la rémunération, lorsque votre interlocuteur oublie de le faire. Normalement, la négociation salariale ne se fera pas lors du premier entretien, mais le sujet pourra être abordé par le recruteur qui vous demandera votre positionnement sous forme de fourchette de salaire. Cela permet de se mettre d’accord sur un référentiel de rémunération commun et raisonnable pour les deux parties et, pour le recruteur, d’évaluer la capacité du candidat à parler de cette question de manière professionnelle. Quelques conseils pour faire la différence le jour de l’entretien de recrutement et asseoir vos aspirations financières !

Estimer son salaire annuel en amont

Il est important de préparer votre entretien d’embauche en estimant une fourchette de salaire précise; qui corresponde à vos compétences, au poste sur lequel porte votre candidature, ainsi qu’à votre expérience. Votre ancienne rémunération rentre aussi en compte dans cette estimation, puisqu’elle détermine vos prétentions salariales. Si vous avez suivi des formations entre temps, celles-ci peuvent également valoriser le niveau de rémunération auquel vous pouvez aspirer. Tous ces éléments seront vos arguments en cas de négociation. 

Renseignez-vous donc sur les salaires pratiqués sur votre niveau de poste, afin d’avoir une idée du montant brut que vous pourrez négocier. Cette estimation doit tenir compte du secteur d’activité dans lequel vous postulez, puisque des postes à qualification équivalente peuvent être rémunérés différemment selon les branches. Il est important d’avoir une idée précise de ce à quoi vous pouvez prétendre, pour pouvoir donner une réponse adéquate et raisonnable à votre recruteur s’il vous demande vos prétentions. 

Pour ce faire, consultez des études de salaire par secteur d’activité qui feront le plus souvent apparaître les rémunérations par type de poste et niveau d’expérience. Sont aussi consultables, les offres d’emploi en ligne, qui vous donnent une idée assez précise des intentions des entreprises. Enfin, mobilisez votre réseau et vos relations pour être au courant des pratiques en la matière. Une fois renseigné, vous pourrez aborder l’entretien avec sérénité et assurance. 

Maîtriser les éléments de la négociation salariale

Sachez parler la même langue que votre employeur. Ainsi, ayez à l’esprit que salaire brut et salaire net ne sont pas synonymes : vous devrez toujours parler de salaire brut. De même, les questions du 13e mois ou des primes entrent dans la part variable de votre salaire. Outre votre rémunération, des avantages en nature peuvent être proposés, et ceux-ci sont souvent intéressants : avantages donnés par le comité d’entreprise, véhicule de fonction, mutuelle, etc.

C’est pourquoi il importe que vous maîtrisiez ces éléments, afin de bien négocier votre rémunération globale et non uniquement les éléments de votre feuille de paie. Votre recruteur pourra vous poser des questions sur votre ancien poste et des questions sur votre rémunération passée : surtout ne trichez pas et choisissez l’option de la transparence. Vous pourriez être déstabilisé s’il vous perçait à jour.

Savoir affirmer ses prétentions salariales

Il convient ici pour vous de briser un tabou : la question du salaire pendant un entretien ne doit pas être évitée. En général, c’est à l’employeur d’aborder le sujet de votre salaire en brut lors de l’entretien (si la question n’a pas été posée par votre recruteur, n’hésitez pas à aborder ce point avant la fin du rendez-vous).

Lorsque votre recruteur vous interroge sur vos prétentions salariales, vous devez absolument donner une réponse précise, réaliste au regard du marché, mais ambitieuse. Privilégiez une fourchette raisonnable mais intéressante pour vous. Dans ce cas, le chiffre bas de la fourchette doit être le salaire minimum que vous visez. Par exemple, si vous quittez un poste pour voir votre rémunération évoluer, le bas de votre fourchette devra correspondre à votre ancien salaire + les X% d’augmentation qui conditionnent votre prise d’un nouveau poste. Ne répondez jamais à la question “quelles sont vos prétentions salariales” par « Combien me proposez-vous ? », vous perdriez des points auprès de votre interlocuteur.

Enfin, ne vous emportez pas en cas de proposition manifestement en-deçà de vos aspirations ou de la fourchette précise que vous aviez mise sur la table. Sachez rebondir avec calme sur les avantages extra-salariaux comme la possibilité de faire du télétravail, la flexibilité des horaires, ou encore les tickets restaurants ou les primes annexes.

Bientôt un entretien ? Retrouvez les 10 erreurs à éviter à tout prix..

Articles les plus lus