En 2019, la croissance des BIG 4 a été soutenue par les métiers du conseil et du digital et non plus par l’audit l’un des métiers historiques, signe d’un véritable effort de diversification. Quelles sont les conséquences de ce virage sur les profils recherchés par les entreprises ? Ces métiers sont-ils encore considérés comme la « voie royale » pour les jeunes diplômés qui souhaitent évoluer vers des postes à responsabilités, notamment dans le domaine de la Finance ? 

PageGroup, cabinet de recrutement et d’intérim spécialisés, dévoile la dernière édition de son Étude de Rémunérations, qui passe au crible les rémunérations de 781 métiers répartis dans 24 secteurs d’activité, dont l’Audit, Conseil & Expertise.

Le digital comme moteur de croissance des métiers du Conseil

Transformation numérique et sécurité IT, sur fond d’évolutions règlementaires, tels sont les enjeux prioritaires que les cabinets devront adresser pour se différencier et rester dans la course. En effet, les entreprises (PME comme multinationales) cherchent toutes à accélérer la digitalisation de leurs pratiques et de leurs offres pour gagner en agilité et s’adapter aux attentes des clients. Pour réussir ce virage, les entreprises misent sur les cabinets pour les accompagner dans ces projets stratégiques. 

Il n’est donc pas étonnant que le métier de Consultant en Transformation Digitale soit l’un des profils les plus recherchés en 2020. Idéalement diplômé d’une école d’ingénieurs, doté de fortes connaissances numériques et d’un bon relationnel, il est mandaté pour conseiller et accompagner ses clients souhaitant se réinventer (optimisation de la stratégie CRM, création d’outils adaptés pour le contrôle de gestion par exemple) 

indique Elody Grattepanche, Manager Exécutif Senior chez Michael Page.

Selon les besoins, le Consultant en Transformation Digitale doit travailler avec différents métiers (Finance, Achats, Commercial, Marketing/Communication ou Ressources Humaines). Ces changements l’amènent à intervenir sur le mode de management existant et à soumettre une nouvelle organisation. Il est donc aussi un excellent pédagogue, capable de vulgariser son propos pour être compris de tous et un leader dans l’âme pour embarquer et fédérer les équipes. En début de carrière (0-2 ans), il peut prétendre à une rémunération entre 40 000€ et 42 000€ bruts annuels et entre 47 000€ et 60 000€ bruts annuels pour les profils plus expérimentés.

Les métiers de l’Audit, un tremplin pour les profils débutants en quête d’évolution rapide

Les métiers de l’audit restent un tremplin pour les jeunes diplômés d’écoles de commerce avec un master finance, doublé d’une expérience en expertise comptable et qui souhaitent rapidement évoluer vers des postes à responsabilités en direction financière après deux saisons.

L’Auditeur Externe intervient ponctuellement auprès d’entreprises clientes et assure, le plus souvent, des missions de contrôle de leurs comptes et informations financières (même s’il existe aussi des auditeurs externes en informatique ou en RSE). Doté d’un bon relationnel, d’un sens de l’organisation et de l’observation et de rigueur l’Auditeur Externe est un atout majeur pour les directions financières car il permet d’établir la régularité des comptes et garantie leur fiabilité auprès des partenaires des entreprises. En début de carrière (0-2 ans), sa rémunération varie entre 35 000€ et 40 000€ bruts annuels et entre 40 000€ et 45 000€ bruts annuels après deux ans d’expérience.

Expertise comptable, un métier demandé et demandeur

L’Expertise Comptable est en pleine évolution. C’est une activité très demandeuse en ressources et les cabinets savent qu’elles doivent proposer des offres correspondant aux attentes des nouvelles générations pour attirer et fidéliser les meilleurs talents. » « En effet, environnement de travail épanouissant, quête de sens et management de proximité, sont des aspirations professionnelles croissantes chez les nouvelles générations de candidats. 

souligne Pierre Magnier, Practice Manger chez Page Personnel. 

Notons aussi qu’en parallèle, les cabinets revoient aussi leurs attentes envers ces nouveaux collaborateurs : si les compétences techniques sont toujours un critère de sélection prédominant, ils sont de plus en plus attentifs aux compétences comportementales (soft skills) : bonne gestion du stress, résolution de problèmes complexes et un fort engagement sont des qualités essentielles dans le secteur.  

Au cœur des métiers de l’expertise comptable, le Collaborateur Comptable est de plus en plus plébiscité. Sous la supervision du chef de mission, il est notamment chargé de la gestion d’un portefeuille client : de la planification, au suivi et à l’élaboration du bilan comptable. En début de carrière (0-2 ans), sa rémunération oscille entre 30 000€ et 35 000€ bruts annuels et les profils plus expérimentés (2-5 ans) peuvent prétendre à un salaire de 35 000€ à 50 000€ bruts annuels.

Le métier de Collaborateur/Gestionnaire de Paie est pour sa part l’un des métiers dont la rémunération va le plus augmenter. Expert du bulletin de salaire au sein de l’entreprise, doté de fortes capacités d’organisation mais aussi d’une grande discrétion, il est chargé d’élaborer les fiches de paie des salariés à partir de l’analyse et du traitement des informations spécifiques à chaque employé. En début de carrière (0-2 ans) la rémunération du Collaborateur de Paie sur une rémunération varie entre 30 000€ et 35 000€ bruts annuels, et les profils les plus expérimentés (5-15 ans) peuvent prétendre à un salaire supérieur à 42 000€ bruts annuels.

TÉLÉCHARGEZ NOTRE ÉTUDE DE RÉMUNÉRATIONS 2020

Si vous êtes en recherche d’emploi, visitez la section candidats.

Vous cherchez à recruter ? Contactez-nous

Articles les plus lus