Le secteur de l’industrie est actuellement en pleine révolution avec l’automatisation des outils de production et l’intégration des technologies numériques de l’Usine 4.0. Des changements qui préfigurent de nouvelles perspectives plus attractives pour les professions des techniciens et des ingénieurs, pourtant le secteur peine encore à convaincre les étudiants et les jeunes diplômés, victime d’une image qui ne lui correspond plus. Lumière sur 2 métiers clés :

Les entreprises ne recherchent plus seulement des compétences techniques

Alors que les process deviennent de plus en plus connectés et intelligents grâce à la modernisation des outils de supervision, les métiers liés à l’industrie et aux usines en général restent dépréciés. Pourtant, avec le développement des usines digitales qui se tournent vers la maintenance préventive pour anticiper les pannes, les métiers se renouvellent et demandent de plus en plus de compétences informatiques.

Les soft skills sont aujourd’hui essentielles dans le secteur. De plus en plus de nos clients de l’industrie recherchent non seulement des compétences techniques mais également des capacités d’adaptation, de la proactivité et de l’agilité.  précise Tanguy Prigent, Manager Exécutif de la division Ingénieurs & Techniciens chez Page Personnel.

Électro-automaticiens, soyez polyvalents et force de proposition :

Les entreprises recherchent ainsi de plus en plus de techniciens polyvalents en capacité de composer avec de multiples outils d’informations. Le métier d’électro-automaticien remplace progressivement le métier d’électromécanicien. Celui-ci gère désormais la maintenance préventive et curative sur les équipements automatisés, ainsi que la programmation et la mise à jour des automates. Cette numérisation de la production ouvre ainsi un champ d’action inédit au technicien en lui permettant d’être proactif dans ses propositions d’améliorations des outils industriels.

Diplômé d’un DUT Génie Électrique et Informatique Industrielle ou d’une Licence professionnelle Automatique et Informatique Industrielle, un électro-automaticien en début de carrière sera rémunéré entre 26 000 et 30 000€ bruts à l’année. Un profil plus expérimenté (entre 5 et 15 ans) verra son salaire évoluer jusqu’à 45 000€ bruts annuels.

Depuis un an, nous notons une forte augmentation de la demande d’électro-automaticiens. L’évolution atteint +18 % sur l’ensemble des postes que nous gérons et +12 % sur les postes d’ingénieurs en mécatronique.  indique Tanguy Prigent.

L’ingénieur Mécatronicien, pierre angulaire de l’industrie du futur

Les composants mécatroniques sont devenus indispensables dans les nouvelles usines. En effet, les lignes de production ainsi modernisées permettent d’insuffler de l’intelligence au sein des machines pour remonter les informations nécessaires au monitoring du process de fabrication. Si l’ingénieur Mécatronicien joue dorénavant un rôle central dans cet écosystème, il se fait encore trop rare pour les entreprises qui peinent à recruter.

Cela ne fait que quelques années que les premières promotions de mécatroniciens sont arrivées sur le marché, ce qui en fait un métier pénurique. Les usines ont particulièrement besoin de ces profils très polyvalents sachant allier compétences en électronique, informatique et mécanique. précise Tanguy Prigent

En début de carrière (moins de 2 ans d’expérience), un ingénieur mécatronicien sera rémunéré entre 32 000 et 35 000€ bruts annuels. Pour des profils plus seniors (plus de 5 ans d’expérience), la fourchette salariale se situera entre 45 000 et 60 000€ bruts à l’année.

Vous êtes en recherche d'emploi ?

Découvrez toutes les offres disponibles sur notre site.

Postulez maintenant

Vous cherchez à recruter ?

Souhaitez-vous nous faire part de vos besoins en recrutement ?

Contactez-nous

Job Match

Gagnez du temps et accédez directement aux offres d'emploi qui vous correspondent !

Téléchargez votre CV

Articles les plus lus