Amorcée en 2016, la reprise du secteur immobilier s’est confirmée en 2017. Le maintien des fondamentaux : demande soutenue, offre maîtrisée, liquidités disponibles, dispositifs d’incitation à l’investissement et confiance des investisseurs à court et moyen termes, confirme la tendance positivement sur 2018.

Selon l’édition 2019 de l’Étude de rémunérations PageGroup, les créations d’emplois, majoritairement en CDI, se sont intensifiées et génèrent une tension qui se déplace logiquement de l’amont (développement et investissement) vers l’aval (commercialisation et travaux).

Les tendances des métiers de l’immobilier et de la Maîtrise d’Ouvrage

Si, en promotion, les ventes sont stables sur douze mois glissants du 1er semestre 2017 au 1er semestre 2018, elles ralentissent sur le premier trimestre (-10,2 %). L’offre toujours trop contrainte et la restructuration du secteur social, dont les acquisitions en bloc ont chuté de 19,3 % sur la même période, ont contribué à ce ralentissement. L’ensemble des acteurs espère donc beaucoup du projet de loi Elan. Dans un contexte qui reste somme toute dynamique, on a assisté au grand mercato des Développeurs dont l’inflation des rémunérations a pu atteindre + 30 %.

« Ce phénomène se déplace aujourd’hui sur les métiers du montage et de la commercialisation, en particulier pour les profils « néo-confirmés », disposant de deux à quatre ans d’expérience » analyse Frédéric Rei, Directeur Senior, Immobilier & Maîtrise d'Ouvrage, Page Personnel.

Côté «pierre-papier», on vole de record en record. Ainsi, après une croissance de près de 42 % en 2016, la collecte nette SCPI + OPCI a encore connu une évolution de plus de 10 % en 2017 (6 milliards d'euros). La raréfaction de l’offre et l’homogénéité des stratégies d'investissement exercent une pression sur l’IM et l’AM.

« L'attractivité́ de ces métiers et l'élargissement des formations permettent cependant d'équilibrer l'offre et la demande sur le marché de l'emploi. C’est sur le PM, moins valorisé, que les difficultés de recrutement sont les plus marquantes » commente David Mérigonde, Directeur des Divisions Public & Non Profit, Immobilier & Maitrise d’Ouvrage et Construction chez Michael Page.

Enfin, les grands utilisateurs profitent d’un contexte macroéconomique plus favorable pour engager l’expansion et/ou l’amélioration de leur parc immobilier. Au-delà des impératifs de marché et de la rationalisation des coûts d'occupation, la performance durable par le bien-être des collaborateurs alimente les acteurs du conseil.

Les opportunités sont de ce fait nombreuses en AMO ou MOD, de l'audit/expertise à la conduite opérationnelle de projet.

Les 3 postes qui seront les plus recherchés en 2019

Le Property manager assure la gestion locative et technique, ainsi que le suivi administratif et juridique de biens immobiliers dans le cadre des mandats confiés par le propriétaire. Il a en outre un rôle de conseil dans la valorisation du patrimoine sur la durée. Pour un jeune diplômé, la fourchette salariale oscillera de 33 à 38 k€/an, tandis que pour un senior avec 5 à 15 ans d’expérience, elle variera de 45 à 55 k€/an.

Le Responsable de programme pilote la globalité d'un projet immobilier dans tous ses aspects : technique, juridique, commercial, financier, social, etc. En fonction des organisations, on trouvera une porosité plus ou moins prononcée avec les services Développement ou Travaux. Si certaines sociétés de taille importante tendent à tayloriser la fonction, les candidats les plus passionnés chercheront a contrario une vraie latitude d'intervention. Un jeune diplômé, pourra prétendre à un salaire entre 35 à 40 k€/an. Pour un profil expérimenté avec 5 à 15 ans de métier, elle se situera entre 60 à 80 k€/an.

Le Responsable technique contrôle et garantit l’exécution des travaux dans le strict respect des coûts, des délais, de la réglementation et de la qualité depuis la conception du projet jusqu’à la livraison de l’ouvrage. Il pilote les interventions techniques en veillant à concilier les intérêts de l’acquéreur et ceux du promoteur immobilier. En début de carrière, un responsable technique junior sur les services immobiliers - résidentiel touchera entre 38 et 44k€/an alors qu’un senior avec 5 à 15 ans d’expérience pourra prétendre à un salaire entre 50 et 55k€/an.

Si vous êtes en recherche d’emploi, visitez la section candidats.

Vous cherchez à recruter ? Contactez-nous

Articles les plus lus