Dans un contexte porteur, la nouvelle édition 2019 de l’Étude de rémunérations PageGroup démontre que si un mouvement de fond profite aux candidats depuis 2 ans avec des augmentations de 5 à 10%, paradoxalement le secteur reste fragilisé par une pénurie sur certains postes stratégiques.

Les tendances des métiers du secteur de la construction

L'année passée fut un moment de grande effervescence en matière d’intégrations dans le secteur du BTP. Une année au cours de laquelle, le retour aux fonctions fondamentales a côtoyé un souhait permanent d’innovations. Des innovations dans la réorganisation des entreprises et le management afin de pouvoir accueillir et pérenniser de nouvelles compétences dans un cadre de forte reprise. Des innovations dans les métiers pour crédibiliser les positions et renforcer les systèmes de fonctionnement pour mieux recruter.

Dans ce cadre de renouvellement organisationnel, ce sont les métiers habituellement structurants dans les fonctions cadres du secteur, qui sont restés les plus recherchés. Les fonctions d’encadrement travaux (MOE et EG/ETP) et leurs équivalents en responsabilité d’affaires chez les installateurs ont connu de multiples créations de postes venant accompagner une augmentation en volume de l’activité. Plus de 20 000 postes ont été créés dont la moitié en CDI pour le bâtiment (source : Fédération Française du Bâtiment) correspondant à + 5 % de volume d’activité en 2017 par rapport à l’année précédente.

Côté́ maîtrise d'œuvre, ce sont les corps d’état techniques, qui sont en tête dans cette course aux talents : les compétences fluides (CVCDP) plus que les CFO/CFA, sont recherchées dans les ingénieries TCE, alliées techniques des sujets de transition énergétique.

« L'activité recrutement se poursuit dans la lancée de 2017 avec un volume légèrement moindre et davantage de précision dans les contours des postes à pourvoir. Les profils cadres sont sollicités à la fois sur leur domaine d'expertise mais également pour leur vision globale de leur fonction. 2018 est une année de confirmation, mais une harmonisation du secteur sera nécessaire en 2019 » décrypte David Mérigonde, Directeur, Michael Page.

Les 3 postes qui seront les plus recherchés en 2019

Le Principal Travaux est une fonction fortement recherchée par les maîtres d'œuvre et/ou la maîtrise d'ouvrage. Les rémunérations ont particulièrement augmenté pour ces profils le plus souvent de formation ingénieur. Ainsi, en début de carrière (0 à 2 ans d’expérience) il pouvait prétendre à une rémunération entre 32 et 37k€/an en 2017-2018 quand il pourra aujourd’hui espérer une rémunération entre 35 et 42k€/an.

Rare et très demandée, la compétence Chef de projet CVC/PLB est une fonction clé des ingénieries TCE qui entrent dans le cadre des économies d'énergie et de l'efficience énergétique des bâtiments. De 5 à 15 ans d’expérience, il pourra prétendre à une fourchette de rémunération entre 45 et 60k€/an.

L’Ingénieur en Bureau d’Études intervient à tous les stades d’un projet technique, depuis la conception où il sera par exemple responsable du maquettage et du prototypage jusqu’aux phases d’amélioration des produits existants où il prendra en compte les retours d’expérience. Un profil entre 5 et 15 ans d’expérience visera une rémunération entre 45 et 60 k€/an.

« Les candidats disposant de 5 à 10 ans d’expérience sont depuis 2017 particulièrement concernés par le contexte de pénurie de main d’œuvre au sein des entreprises du secteur alors que le secteur de la construction profite d’une reprise d’activité depuis le début de l’année 2016. Les grands travaux et autres grands projets d'infrastructures liés au Grand Paris, aux Jeux olympiques de 2024 ou encore la bonne orientation des programmes de logements neufs offrent pourtant un contexte de marché très favorable et des perspectives d’emploi très bonnes avec des salaires attractifs .» analyse Frédéric Rei, Directeur Senior, Page Personnel.

Si vous êtes en recherche d’emploi, visitez la section candidats.

Vous cherchez à recruter ? Contactez-nous

Articles les plus lus