Grands chantiers : Lyon, Toulouse, Paris, Marseille… Aucune exception, la pénurie de professionnels est généralisée.

Projets du Grand Paris, Jeux Olympiques 2024, Toulouse Métropole, Grand Lyon, modernisation du réseau ferré ou encore rénovation des quartiers prioritaires, les grands chantiers fleurissent en France. 139 milliards d'euros seront ainsi investis d'ici à 2030 avec des dizaines de milliers d’emplois à la clé dans les 5 années à venir*.

Dans ce contexte porteur, l’Étude de rémunérations PageGroup démontre que si un mouvement de fond profite aux candidats depuis 2 ans avec des augmentations de 5 à 10%, paradoxalement le secteur reste fragilisé par une pénurie sur certains postes stratégiques.

Julien Barrois, Managing Director chez Page Personnel, donne l'exemple en troisième partie de vidéo du poste pénurique de technicien d'études, malgrè ses nombreux avantages :

La France manque de profils qualifiés pour ses grands projets d’infrastructures

Depuis 2007, la France a retrouvé un niveau d’activité sans précédent : les grands projets d’infrastructures se multiplient en Ile-de-France avec la construction du Grand Paris Express, la modernisation des autoroutes et des voies ferrées, l’extension des aéroports et des programmes de logements. La province n'est pas en reste non plus avec des projets d'infrastructures et d'amélioration de l'habitat majeurs dans les grandes agglomérations. Au total, 139 Mds€ seront ainsi investis dans toute la France d'ici à 2030. 

Difficile pourtant de se réjouir dans le secteur de la construction car si la demande en recrutements augmente, l’offre peine à suivre. À l’image notamment du Conducteur de Travaux ou encore de l’Ingénieur Études de prix, certains métiers parmi les plus stratégiques du secteur manquent cruellement d’effectifs. Qu’ils soient juniors ou seniors, ces profils étaient déjà en partie pénuriques avant que ne se lancent tous les grands chantiers, mais ils le sont d’autant plus aujourd’hui et les peu de candidats disponibles s’arrachent aujourd’hui à prix d’or.

« Les candidats disposant d’expérience sur ces types de postes, dictent le marché aujourd’hui et arrivent à négocier des salaires au-dessus de ceux auxquels ils pouvaient prétendre par le passé. Les demandes des entreprises sont très nombreuses, les candidats en recherche active ou passive ont souvent plusieurs propositions et n’ont que l’embarras du choix.» indique Sabine Boniface, Manager Exécutif Senior, Michael Page.

3 métiers d’avenir et pénuriques aujourd’hui

Le Conducteur de Travaux est responsable de l'exécution des travaux d'un ou de plusieurs chantiers. C'est le pivot de l'organisation et de l'exploitation dirigée par les chefs de chantier. Il dirige et organise le chantier, compose les équipes dirigées par le chef de chantier, surveille l'avancement des travaux, achète et répartit les matériaux, rédige les rapports, dialogue avec les ingénieurs et les riverains du chantier. Pour ce métier particulièrement pénurique en ce moment, la fourchette salariale pour un débutant se situera entre 30 et 35k€/an. Un senior de 5 à 15 ans d’expérience sera rémunéré entre 40 et 50k€/an par an.

L’Ingénieur Études de Prix est garant de l’avant-projet d’ouvrage, il détermine les procédés techniques, les méthodes d’organisation et les coûts. Pendant le projet de construction, il est amené à réexaminer les calculs et les méthodes en fonction des avancements. Cette fonction nécessite un diplôme d’ingénieur option BTP.

Pour un Ingénieur (E)Études de Prix en entreprises générales jeune diplômé (0 à 2 ans d’expérience), la fourchette salariale est passée de 30-35k€/an à 36-40k€/an. L’évolution est encore plus flagrante sur des profils seniors puisqu’un Ingénieur Études de Prix avec 5 à 15 ans d’expérience pouvait prétendre à un salaire entre 40 et 55k€/an quand il peut espérer aujourd’hui 48 à 60k€/an.

Les missions de l’Ingénieur Méthodes consistent à optimiser l'organisation des ateliers de production, à réaliser des études techniques sur les processus de production ou encore à animer des réunions techniques. Un diplôme d’ingénieur généraliste ou spécialisé est nécessaire. Entre 2018 et 2019, l’augmentation des rémunérations sera importante. En 2018, un Ingénieur Méthodes avec moins de deux ans d’expérience est payé entre 30 et 35k€/an, il sera payé entre 34 et 38k€/an en 2019.

Particularité de ces métiers très recherchés, les salaires ne diffèrent quasiment pas entre Paris et la province.


*Etude réalisée par l'observatoire Intermat de la construction en partenariat avec l'agence Business France - Nov. 2017

Si vous êtes en recherche d’emploi, visitez la section candidats.

Vous cherchez à recruter ? Contactez-nous

Articles les plus lus