Aussi appelé Chargé d’Acquisition, Chef de Projet Affiliation/Référencement ou bien encore Analyste de Trafic, le Traffic Manager a pour responsabilité la gestion des flux des internautes pour accroître la visibilité, acquérir des contacts et surtout augmenter les ventes des sites dont il s’occupe.
Missions, formation,  salaire : on vous dit tout sur le métier de Traffic Manager.

Quelles sont les principales missions du Traffic Manager ?

Spécialiste de la publicité et de l’analyse statistique  le Traffic Manager construit, déploie et s’assure du suivi du plan d'acquisition de trafic. Pour cela, il s’appuie sur les différentes techniques de webmarketing tels que le référencement payant (SEA) ou naturel (SEO), l’emailing, le display ou bien encore l’affiliation   

Le traffic manager planifie, construit et anime les campagnes publicitaires, qui constituent la principale source de revenus de nombreux sites web. Il utilise pour cela plusieurs outils : “skyscrapers” (publicités verticales sur le côté de l’écran), “pop-ups” (petites fenêtres qui s’ouvrent), “expand banners” (bandeaux horizontaux)… Il gère également l’achat des espaces publicitaires tout en veillant au respect du budgét alloué.

L’étude du comportement des internautes est au cœur du métier de Traffic Manager et les tableaux de reporting font partie de son quotidien. Il est chargé de définir les cibles commerciales, d’ analyser les données d’audience (nombre de visiteurs uniques, nombre de pages vues, nombre de clics, temps passé sur les pages web, mots-clés saisis, etc.). Il étudie les supports utilisés et analyse le trafic et la fréquentation du ou des sites web afin d’identifier les points d’amélioration et proposer des solutions pertinentes.

Le Traffic Manager réalise une veille concurrentielle et médias afin de garder un œil permanent sur les évolutions dans le secteur et la sortie de nouveaux produits ou services.

Les  missions  du Traffic Manager sont variées :

  • Elaboration d’une stratégie d'acquisition de trafic et répartition d’un budget multi-leviers ;
  • Mise en place des campagnes d’acquisition avec la création du brief en interne ou en externe  ;
  • Suivi et pilotage des leviers d’acquisition payants et non payants (SEO, SEA, emailing, affiliation, display, social ads, brand content, etc.)  ;
  • Négociation avec les régies publicitaires et agences pour mettre en place des campagnes et gérer les budgets associés ;
  • Définition des KPIs à suivre afin de mesurer la performance des actions mises en place ;
  • Tracking et analyse de la performance et du ROI des campagnes ;
  • Veille permanente sur les innovations, le comportement des internautes, et les concurrents.

Son activité peut varier selon la taille de l’entreprise. Dans une PME, le Traffic Manager peut cumuler plusieurs fonctions comme celles de  Webmarketeur, de Content Manager, ou bien encore de Community Manager. Dans de plus grandes structures, il peut être amené à encadrer ces fonctions.

Lire aussi >> Traffic Manager : un poste à fort enjeu pour les marques

Quelle formation et quel profil pour devenir Traffic Manager ?

Souvent issu d'une formation généraliste supérieure en marketing, communication ou informatique de type Bac + 2/3 (BTS/DUT) à Bac + 5 (école de commerce ou université ), le Traffic Manager peut démarrer sa carrière en agences spécialisées (marketing, publicité), ou directement chez l’annonceur. Il peut intégrer tous les  secteurs d’activité tels que la banque, la distribution spécialisée, etc. Il lui est souvent demandé de justifier d’une première expérience dans le secteur du web ou en marketing.

Le Traffic Manager doit posséder de bonnes compétences techniques :  connaissance des différents langages informatiques, maîtrise des outils de tracking (Google Analytics) et de retargetting (Google Adwords, Display, Criteo). Il doit faire preuve d’un excellent savoir-faire en marketing et en publicité online. Une bonne maitrise de l’anglais technique est requise.

Au niveau des compétences comportementales, il doit faire preuve de  qualités relationnelles et de communication lui permettant de travailler et de coordonner les actions avec les différentes équipes (services techniques et pôle commercial). Doté d’une force de persuasion, il sait conseiller et orienter au mieux ses clients dans leur stratégie d’acquisition de trafic. Organisé, curieux, et doté de fortes capacités d’analyse, le Traffic Manager maintient un regard permanent sur les évolutions de son secteur et veille à toujours optimiser les sites web avec les nouvelles innovations tout en respectant le budget alloué.

>> Lire aussi : La maîtrise des outils digitaux, une compétence clé à posséder pour rester compétitif.

Quelles perspectives de carrière pour le Traffic Manager ?

Le Traffic Manager peut évoluer vers un  poste d’E-merchandiser ; ou se spécialiser en vente d’espaces dans une régie publicitaire ou en webplanning au sein d’une web agency. Après plusieurs années d’expérience, il peut encadrer une équipe de Traffic Managers et devenir ainsi Directeur Trafficking.

>> Lire aussi : Métiers IT & Digital : nouveaux métiers d’avenir pour les cadres.

Quel est le salaire d’un Traffic Manager ?

Un Traffic Manager junior pourra viser un salaire de 30 à 36K€ bruts annuels en début de carrière. Avec 2 à 5 ans d’expérience, il pourra viser jusqu’à 42K€ tandis qu’un profil plus sénior (5 à 15 ans) pourra prétendre à des rémunérations allant de 40 à 52K€.

0 à 2ans

2 à 5ans

5 à 15ans

Tendance

Traffic Manager

35 - 40K€

38 - 50K€

45 - 65K€

^

*Les rémunérations indiquées sont des rémunérations brutes annuelles.

>> Vous souhaitez en savoir plus ? Téléchargez notre dernière étude de rémunérations

Vous cherchez à recruter un professionnel du Digital ? PAGE DIGITAL est le cabinet de recrutement digital leader en France. Découvrez notre expertise.

Articles les plus lus