Avant d’être commercialisé, un médicament doit être testé par un groupe de personnes volontaires. Ces essais cliniques permettent de mettre en évidence d’éventuels effets indésirables. Véritable lien entre un laboratoire promoteur et un chef médecin investigateur, l’Attaché de recherche clinique (ARC) est responsable de l’organisation de ces différents tests. L’équipe de Page Personnel vous présente les caractéristiques de cette profession, la formation nécessaire ainsi que les qualités et compétences requises pour exercer cet emploi. 

Quelles sont les principales missions de l’Attaché de recherche clinique ?

Dans un CHU (Centre Hospitalier Universitaire), le service d’un hôpital, un institut ou dans une clinique privée, l’Aattaché de recherche exerce un poste à responsabilité. Il est le garant de la qualité des données recueillies et le respect de la réglementation des études cliniques en cours. 

Parmi les missions fréquentes qui composent sa journée de travail, nous pouvons citer la mise en place et du bon déroulement des essais cliniques. En lien avec l’investigateur local en chef et l’équipe clinique coordinatrice, chaque étude peut durer de quelques jours à plusieurs semaines. En collaboration avec le chef de projet clinique, il procède à la sélection des médecins chargés de participer aux tests. L’Attaché de recherche clinique leur présente le protocole, l’utilisation du dispositif médical, le mode d’administration du médicament, les examens à réaliser et le profil des personnes et des patients volontaires.  

Tout au long de l’étude dans les services cliniques, l’ARC est le garant de l’application des procédures et de la réglementation en matière de monitoring et de pharmacovigilance. De manière fréquente, il peut être amené à rédiger le guide du monitoring pour certains projets cliniques. 

Une fois l’essai clinique mis en place, la mission de l’Attaché de recherche clinique se poursuit avec le suivi de l’étude. Il contrôle la bonne application des procédures, soutient les médecins investigateurs, réunit les informations de santé et les données fréquentes importantes relatives à l’étude clinique en cours.  

Parmi les autres missions fréquentes de l’ARC, on trouve la gestion du stock de médicaments ou de dispositifs médicaux utilisés, le suivi de la sécurisation des patients, la vérification des données en vue des monitorings, le traitement des observations des médecins et enfin la gestion du remboursement des frais des candidats et des patients à l’essai clinique. 

Quels formations et diplômes pour devenir Attaché de recherche clinique ?

Le métier d’Attaché de recherche clinique (ARC) est accessible aux candidats juniors qui ont reçu une formation professionnelle complète et spécifique. Pour exercer ce métier, un profil scientifique et un niveau Bac +5 minimum sont nécessaires.  

Parmi les formations qui permettent de devenir Attaché de recherche clinique, nous pouvons citer le Master en bio-informatique, le Master santé publique ou encore le Master des sciences du vivant avec une spécialité en biologie structurale, bio-informatique et biotechniques. Les étudiants qui souhaitent poursuivre leurs études peuvent prétendre au diplôme d’État de docteur en pharmacie (Bac +6) et le diplôme d’État de docteur en médecine (Bac +9 et plus). En dehors des cours reçus en école ou à l’université, il faut savoir que les recruteurs ont une préférence pour les étudiants qui ont suivi un stage professionnel dans le service d’un hôpital, en institut ou en clinique au cours de leurs études. Il est important de mentionner la période de travail, autrement dit le nombre de semaines, et le lieu du stage dans le curriculum vitae. 

Une fois les études terminées, le jeune Attaché de recherche clinique pourra se lancer à la recherche d’un emploi. Les candidats au poste d’ARC peuvent retrouver l’ensemble des offres d’emploi à Paris et dans le reste de la France sur Page Personnel, votre leader du recrutement dans le secteur médical.  

Quel est le salaire de l’Attaché de recherche clinique ?

Le secteur de la santé rassemble de nombreux métiers, des compétences variées, des expertises complémentaires et des salaires différents. Bien que leur ambition professionnelle soit la même, à savoir œuvre aux services du bien-être des Français, le technicien de laboratoire dans une clinique de province et le chef d’un service à l’hôpital de Paris ne perçoivent pas le même salaire. 

En effet, la rémunération d’un Attaché de recherche clinique (ARC) varie selon le lieu de travail et le type d’entreprise. Pour un jeune diplômé qui débute sa carrière professionnelle à Paris, le salaire se situera entre 30 et 33K€ bruts annuels, tandis qu’un Attaché de recherche clinique expérimenté pourra percevoir jusqu’à 55K€ bruts par an

Quelles qualités et compétences requises pour exercer ce métier ?

De nombreuses compétences professionnelles et qualités humaines sont nécessaires pour exercer le métier d’attaché à la recherche clinique dans un centre hospitalier universitaire (CHU), une clinique ou un institut privé. Les candidatures retenues par les recruteurs sont celles qui remplissent les conditions suivantes. 

La première, si ce n’est la plus importante, est la rigueur. Compte tenu de la potentielle dangerosité du médicament, l’Attaché de recherche clinique doit s’assurer du suivi strict des protocoles à chaque étape de l’essai clinique, depuis la recherche de personnes volontaires jusqu’à l’analyse des résultats, en passant par le mode d’administration. Un excellent sens de l’organisation est donc de mise pour travailler avec exactitude et précision. 

L’Attaché de recherche clinique travaille dans un environnement scientifique où les interactions professionnelles sont nombreuses. Dans un centre hospitalier universitaire (CHU) ou dans un institut de santé, il collabore quotidiennement avec les médecins, les chercheurs, les techniciens, les organismes notifiés et les patients. Son écoute et son empathie lui permettent de travailler intelligemment en équipe au service de la réussite collective. 

Au niveau national et européen, le secteur de l’industrie pharmaceutique est extrêmement réglementé. C’est pourquoi, l’Attaché de recherche clinique (ARC) doit connaître l’ensemble des règles qui régissent son métier.

L’industrie pharmaceutique est un secteur pluriel, pluridisciplinaire et international. Pour cet emploi, il est donc indispensable de maîtriser l’anglais technique, médical et scientifique de manière à interagir avec les autres professionnels, lire des documents et rédiger les rapports des études cliniques menées. 

Grâce à sa formation et à ses années d’études, l’Attaché de recherche clinique (ARC) possède de solides connaissances professionnelles scientifiques sur la terminologie médicale et sur les méthodologies des essais thérapeutiques. Mais pour être à l’aise avec sa fonction, il doit continuellement se former aux nouvelles technologies qui bouleversent son métier comme le monitoring, l’intelligence artificielle, le machine learning ou encore le Big Data. La curiosité est donc une autre qualité essentielle que doivent avoir les candidats aux postes d’Attaché de recherche clinique (ARC). 

Articles les plus lus