Pour beaucoup, participer à un évènement networking peut s’avérer quelque peu… stressant. Et pour cause : de quoi vais-je parler ? avec qui ? comment engager la conversation ? quel code vestimentaire adopter ? Ne nous voilons pas la face, à moins d’être extrêmement sociable, le premier évènement auquel on participe est rarement une réussite. Quelques conseils pour s’en sortir.

Se préparer à l’évènement

Dans la mesure du possible, on s’appliquera à rassembler le plus d’informations possible sur le RDV à venir (qui sont les organisateurs, les participants, y a-t-il un dress code, un format particulier ?). Il est parfois possible d’échanger au préalable avec d’autres personnes inscrites à l’évènement, par e-mail, sur les réseaux sociaux professionnels ou sur la page même de l’évènement. De quoi créer un premier lien. Ces échanges permettent de mieux identifier la nature du rendez-vous, son contexte aussi, mais surtout le type d’interlocuteurs que vous pourrez y rencontrer. Pensez évidemment à regarder comment vous rendre à l’évènement afin de vous épargner une petite dose de stress le jour J.

Identifier quelques contacts en amont peut être libérateur. Vous n’arrivez ainsi pas dans un lieu où tout et tout le monde vous est inconnu mais avez déjà en tête d’évoquer un sujet précis avec un interlocuteur identifié. Peut-être même avez-vous déjà des questions à lui poser et lui des contacts à vous présenter ? Fixez-vous des objectifs.

Voir le côté positif

Outre un éventuel buffet ou open-bar, un de évènement networking peut vous permettre d’entrer en contact avec des personnes à même de vous apporter des solutions professionnelles. Vous êtes en recherche d’emploi mais manquez de réseau ? Vous ne rencontrez pas les bonnes personnes ? Vous n’avez pas toutes les réponses à vos questions, auriez besoin de conseils pratiques de la part de professionnels de votre secteur ou métier ? Profitez de ce type de rendez-vous, informel, décontracté, pour ouvrir le dialogue et intégrer de nouveaux réseaux.

Ne pas se laisser submerger

Personne (ou presque) n’est tout à fait à l’aise lors de sa première participation à un tel évènement. Peu de gens ont naturellement l’aplomb qui permet de s’adresser, de manière presque aléatoire, à une personne présente et d’engager une conversation « sans filet ». Le risque est en effet élevé : ne vais-je pas avoir l’air idiot ? et si je disais quelque chose d’inapproprié ou ne retenais le nom de personne ? d’ailleurs, ai-je seulement pris mes cartes de visite ??

Et se jeter à l’eau !

Lancez-vous ! Tout le monde est dans le même bateau et de toute façon, c’est en forgeant… Il y aura peut-être quelques ratés au début, des introductions indélicates, des échanges peu fructueux, mais vous devriez vous en sortir. Joignez-vous à des groupes de plusieurs personnes déjà formés et participez aux conversations ; c’est encore ce qu’il y a de plus simple au début.

A garder à l’esprit

Selon la théorie du sociologue Mark Granovetter, « les liens les plus efficaces dans un réseau ne sont pas les liens forts, mais au contraire, les liens faibles » pour la simple et bonne raison que dans le cercle premier des relations proches (liens forts) circulent bien souvent « les mêmes informations, connues de tous ». Cette théorie met en évidence l’importance et la nécessité de développer et d’entretenir son réseau au-delà de sa sphère privée, là où les informations circulent. Ainsi, les évènements permettant la rencontre de nouveaux contacts, non reliés à votre réseau propre, sont en général de bons apporteurs d’affaires. Ceci ne revient pas à dire qu’il faut négliger les liens forts, évidemment. Mais il semble essentiel de ne pas se cantonner à une sphère connue dans laquelle seuls des contacts également liés entre eux se côtoient.

Articles les plus lus